Titre

Les trajectoires des étudiants africains en Suisse

Auteur Mamadou Barry
Directeur /trice Prof. Etienne Piguet
Co-directeur(s) /trice(s) Dr. Katia Iglesias Rutishauser
Résumé de la thèse Cette thèse a pour but de comprendre les trajectoires des étudiants internationaux en Suisse. Les Universités suisses ont reçu par le passé et continuent de recevoir des étudiants internationaux sans que l’on ne sache ce qu’ils deviennent après leur arrivée en Suisse. Ce manque d’informations sur ces étudiants internationaux s’explique par le fait que très peu d’études se sont intéressées à la mobilité des étudiants en suisse, encore moins à l’étude de leurs parcours de vie. Dans cette thèse, nous nous intéresserons au parcours de vie de ces étudiants internationaux en subdivisant le travail en trois questions de recherche. La première question de recherche consistera en une comparaison de méthodes d’analyse de parcours de vie, dans le but de savoir quelles méthodes statistiques sont adaptées pour analyser des données longitudinales quantitatives selon le questionnement et la nature des données à disposition. La deuxième question de recherche s’intéressera au parcours de vie des étudiants internationaux en suisse. Dans cette question de recherche, nous aborderons le rôle du sexe, de l’origine, de l’âge, de l’emploi, du mariage dans le changement de statut des étudiants internationaux en suisse. La troisième question de recherche sera consacrée aux étudiants africains (y compris le Maghreb). Les pays africains étant des pays pauvres, il est évident que l’arrivée de ces étudiants en suisse et leur intégration dans le milieu académique et social s’accompagnent de difficultés de toutes natures (choc culturel, problèmes d’équivalence des diplômes, démarches administratives, racisme). Nous étudierons les trajectoires des étudiants africains en nous intéressant aux facteurs expliquant le fait qu’ils restent en suisse ou non. Les données qui seront utilisées dans cette thèse sont celles du projet NCCR on the move. Ce sont des données longitudinales quantitatives avec une durée d’observation de 15 ans. Pour analyser ces données, nous utiliserons des méthodes statistiques d’analyse de parcours de vie (analyse de survie) qui seront classées en trois catégories : méthodes paramétriques, nonparamétriques et semi-paramétriques. A l’issue de cette recherche, nous espérons développer les méthodes statistiques appropriées pour analyser des données longitudinales quantitatives selon le questionnement et la nature des données à disposition. Nous espérons aussi mieux connaître et comprendre le devenir des étudiants internationaux en suisse de manière générale et africains en particulier à travers les différentes trajectoires qu’ils suivent une fois entrés sur le territoire suisse ainsi que les facteurs qui influencent ces trajectoires.
Statut
Délai administratif de soutenance de thèse janvier 2019
URL
LinkedIn
Facebook
Twitter
Xing